King Kong Theory, Virginie Despentes

Jeudi 20 juillet 2017, dernière soirée en Angleterre, passée en bonne compagnie dans une collocation d'espagnoles à Southampton. J'étais dans un état d'esprit si particulier. La fin d'un voyage, et le début d'autre chose. J'appréhendais mon retour en France, et je m'y étais en même temps tellement préparée. Je ne réalisais pas que le lendemain, je serai dans un avion pour Bordeaux. Je tenais à passer cette soirée avec des gens cools en enrichissants.

J'étais en bas de chez Alicia. J'entendais les sons de ukulélé surgir depuis la fenêtre du premier étage. 

Puis avant de partager notre repas, Sara m'a tendu "King Kong Theory", en anglais. Elle voulait me donner la version française qu'elle possédait mais elle l'avait oublié. J'ai lu les premières pages, puis j'ai préféré la conversation. 

Elles étaient comme des grandes sœurs. Des jeunes femmes indépendantes qui respiraient le positif. Alicia m'a dit que ça irait, que je ne devais pas avoir peur de mon retour, que je n'avais pas besoin de mecs pour être heureuse, que sa vie à elle était maintenant faite d'amitiés et que c'était la meilleure chose qui pouvait lui arriver. 

Alors inévitablement j'associe ce livre de Virginie Despentes à ces paroles, à cette atmosphère, à ce tournant. 

Quand ma sœur, du même âge qu'Alicia, me l'a offert à Noël, je me suis sentie émue parce que je voyais dans ce livre comme un rappel, "n'oublie pas que tu es une bombe de meuf"

Parce que Virginie Despentes est un symbole. 

Le symbole des meufs qui ne se taisent pas. Des meufs qui avancent. Des meufs qui font quelque chose de leurs drames.

Et elle en a connu des épreuves. Et en même temps elle apporte tellement un autre regard. Elle évoque des sujets dont si peu parlent, des questions que si peu se posent, des réponses inattendues dans notre société. Ce n'est pas de la victimisation. C'est de la sincérité, c'est la réalité de beaucoup, peut-être qu'un jour ce sera la mienne, la tienne.

Virginie Despentes est crue. Rien à voir avec Simone de Beauvoir. Je te laisse le découvrir par toi-même. 

Mais on sent que ça sort des tripes.

"C’est tout de même épatant, et pour le moins moderne, un dominant qui vient chialer que le dominé n’y met pas assez du sien…"

"C’est en fait un moyen de s’excuser, de rassurer les hommes.

J’ai les moyens de vivre autre chose, mais je décide de vivre l’aliénation via les stratégies de séduction les plus efficaces. Les femmes adressent aux hommes un message rassurant : n’ayez pas peur de nous.
Soyons libérées, mais pas trop. "

Comme l'impression que ces mots sonnent particulièrement justes dans notre actualité. 

2 commentaires :

  1. Encore un plaisir de te lire,

    J'ai découvert ce bouquin en 2015. Je venais d'arriver à Paris, ça faisait peut être trois mois. J'avais 21 ans.
    J'avais eu un petit crush sur un mec qui était aux Cours Florent et qui me sortait presque toutes les semaines aux théâtre. Un dimanche, c'était King Kong Théorie à la Pépinière.

    https://www.youtube.com/watch?v=mENGRC2p7SM Lien de la BA
    https://www.youtube.com/watch?v=V608vkLh9cE ITW de l'actrice

    Quelle claque. J'ai eu un vrai déclic sur la question du genre, de la féminité. Pendant que ce mec rigolait à côté de moi, trouvant le texte drole, j'avais de grosses larmes aux yeux et beaucoup de choses se mettaient en place dans ma tête. A partir du lendemain je ne l'ai plus jamais revu, mais j'ai couru à la Fnac acheter le bouquin.

    Lorsque j'ai participé à l'atelier scénario de mon école, j'ai choisi de l'adapter.

    Je l'ai toujours chez mes parents, avec plein de stabilo et de notes à chaque page. Qu'il t'ai marqué aussi me touche donc tout particulièrement.

    Je pense que ton séjour à Londres t'as vraiment fait un déclic sur les questions du genre, de la féminité, du féminisme, sûrement des pistes à creuser pour le futur !

    Bisous


    PS : deux recommandations du soir
    - Les vidéos de Solange te parle, notament "Solange pénétre ton intimité"
    - Les romans/autobiographies de Sylvie Ohayon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça pour être une claque, c'en est une... Contente que ce livre t'ai marqué également, et d'autant plus que tu ai pu te l'approprier de cette façon !
      Et oui, on peut dire que le fait de n'avoir que moi comme repère à ce moment précis de ma vie et d'avoir rencontrer toutes ces femmes en si peu de temps a vraiment été un déclic, une sorte de renaissance aussi dans un sens.
      Il me semble avoir déjà vu la vidéo de Solange, mais je ne connaissais pas Sylvie Ohayon, je m'empresse de rajouter ses livres à ma longue liste de livres à lire !

      Des bisous

      Supprimer