Mes lectures estivales

En ce début du mois de septembre, je reviens avec un petit bilan de mes lectures de l'été. J'espère que vous passez tous une bonne rentrée ! Pour ma part j'essaye de me mettre dans un bon mood pour cette année, d'être positive et motivée, de me raccrocher à mes projets et à mes objectifs. Et j'espère bien continuer sur ma lancée niveau lecture et ne pas délaisser cette activité avec les cours !

 "Stupeur et tremblements" est le premier livre d'Amélie Nothomb dans lequel je me suis plongée. Je n'avais aucune attente concernant ce bouquin, que j'ai pris dans la bibliothèque familiale en me disant que le nom me disait quelque chose. La narratrice y raconte son expérience dans une entreprise japonaise, dans laquelle elle fait face au fil des mois aux humiliations. Je n'ai pas adoré ce bouquin, qui se lit assez rapidement, mais je me souviens qu'il m'a fait réfléchir sur la capacité à trouver de la satisfaction dans la facilité de la tâche. Amélie finit par devenir dame-pipi dans l'entreprise, mais y trouve étonnamment des bons côtés et décrit cette expérience humiliante avec humour. J'ai lu ce livre quand j'étais volontaire dans une auberge de jeunesse, mon taff là-bas consistait en partie à récurer les chiottes. Mais étrangement, ça ne me dégouttait pas et ça ne me dérangeait pas tant que ça, je me suis même dit qu'on pouvait trouver de la satisfaction dans l'exécution d'une tâche facile et répétitive. Bon, on est d'accord, il y a quand même bien plus épanouissant... Bref, ce livre montre aussi la difficulté à s'intégrer dans une entreprise dans pays tel que le Japon et donne une certaine idée de la société japonaise ce qui est assez intéressant ! 

 J'ai finit au tout début de l'été la trilogie de Katherine Pancol "Les Yeux Jaunes des crocodiles"/"La valse lente des tortues"/"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi" (que j'ai d'ailleurs adoré!). C'est l'histoire d'une jeune femme qui paraît filer le parfait amour mais se rend finalement compte qu'elle n'est pas profondément heureuse. Par un besoin de vivre, de s'affirmer, d'exister, elle décide de prendre le risque d'enfin être elle-même. Et ça se saurait s'il était facile d'être heureuse en tant que femme dans une société qui prône comme objectif ultime de trouver le grand amour, et en faisant face à ses contradictions ! Un roman léger mais qui finalement reflète des problématiques auxquelles nombre d'entre nous sont confrontées.




 J'ai également lu "Dans ces bras-là", livre dans lequel la narratrice dédie chacun des chapitres aux hommes qui ont fait partie de sa vie, du père à l'amant en passant par le mari et le professeur. J'ai eu du mal à accrocher au style particulier de l'auteure mais j'ai franchement bien aimé le sujet de ce bouquin que j'ai trouvé assez original. 


 
 Pour sortir un peu de la légèreté, j'ai lu le livre de Malala Yousafzai, une jeune pakistanaise de tout juste 20 ans qui s'engage pour l'accès à l'éducation, notamment pour les jeunes filles. Elle a grandit dans le Swat, région dans laquelle le conflit avec les talibans a débuté en 2004. Malala raconte l'histoire de son pays, montre comment sa région et son peuple furent peu à peu sous l'emprise des talibans. C'est vraiment très très intéressant, on y apprend beaucoup d'éléments, notamment historiques, qui sont nécessaires à la compréhension de cette région du monde dont on a souvent une vision très restrictive. Elle fut un véritable porte-parole de sa génération, d'abord en écrivant sur un blog puis en étant au cœur d'un web-documentaire réalisée le New York Times. En 2011, elle reçoit le Children’s Peace Prize de la Fondation des droits de l’Enfant et le Prix national de la paix pakistanais. 1 an plus tard, elle reçut une balle dans la tête par un taliban alors qu'elle était dans un bus scolaire. Elle fut alors expatriée en Angleterre pour être soignée. Ce genre de livre me paraît indispensable pour être un peu moins ethno/géo-centré... Malala est une jeune femme tellement inspirante. Quand j'ai lu sa biographie, quand j'ai découvert le combat qu'elle menait, j'ai eu l'impression de ne rien faire de ma vie. Ça ne m'a donné que d'autant plus envie de m'engager moi aussi pour agir à mon échelle et ça m'a fait réaliser la chance qu'on a de pouvoir étudier en toute liberté dans notre pays. 

Dans l'"Arabe du futur", l'auteur, Riad Sattouf, raconte sa jeunesse au Moyen-Orient région du monde qui vous l'aurez compris, m'intéresse énormément. Née d'une mère française et d'un père Syrien, il quitte très jeune la France pour vivre en Libye sous le régime de Khadafi puis en Syrie à l'époque d'Hafez-al-Assad. L'auteur retranscrit avec beaucoup d'humour sa difficulté à s'intégrer, sa confrontation à une culture totalement différente dans un contexte politique particulier. Il permet de comprendre comment les jeunes sont éduqués là-bas, pourquoi la condition des femmes et telle qu'elle est, comment cela se manifeste dans leur quotidien... C'est d'autant plus intéressant que ça soit une bande-dessinée parce que les images donnent une dimension encore plus réelle à cette autobiographie. 



Sinon, je me suis enfin inscrit à la bibliothèque municipale ! C'est vraiment une chance qu'on a d'avoir accès à autant de livres, à autant de savoirs, et ce gratuitement, je trouvais ça dommage d'attendre plus longtemps ! J'ai emprunté "L'écume des Jours" de Boris Vian, un autre roman de Katherine Pancol et "L'Arabie Saoudite en 100 questions", livre qui me paraît très instructif, je vous parlerai surement de tout ça dans un autre article. 

4 commentaires :

  1. Ah ça oui, pour moi la bibliothèque municipale est une véritable caverne d'Ali Baba ! Je suis plus excitée à la vue de tous ces livres qu'à un premier jour de soldes ahah.

    Pour ma part j'ai commencé le premier Vernon Subutex de Virginie Despentes. C'est très bizarre comme lecture, je ne suis pas sûre que ça me plaise mais j'ai tout de même envie de continuer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça c'est sûr moi aussi!
      Je ne connais pas du tout ce roman, mais j'aimerais beaucoup lire King Kong Theory de Virginie Despentes!

      Supprimer
  2. Oh oui je t'encourage vivement à lire L'écume des jours, c'est un de mes livres favoris (et puis Boris Vian c'est un peu mon père spirituel haha) De plus, pour avoir lu beaucoup de Vian, j'estime que l'écume des jours est LE roman par lequel il est idéal de rentrer dans son oeuvre : c'est le plus accessible je trouve. En tout cas il est fabuleux ce livre :)
    Stupeur et Tremblements est également le premier Nothomb que j'ai lu, il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable mais j'avais bien aimé le ton. J'en ai donc lu pas mal d'autres par la suite, et autant certains m'ont laissés sur ma faim, d'autres sont vraiment très bons ! "Attentat" notamment fait partie des livres que je trouve littéralement géniaux. Mais il ne faut pas que je m'étende trop sur mes livres favoris ici, je prévois de leur dédier un article sur mon blog ^^
    Le pitch de Dans ces bras là m'intéresse bien ! Je crois que l'arabe du futur est dans la bibliothèque de mes parents, tu m'as bien donné envie de le leur piquer tiens.
    Je suis également en train de préparer un articles sur mes lectures de cet été. Je vais vite le publier car qui dit rentrée dit dit lectures obligatoire, et très peu de temps pour les lectures personnelles... Heureusement que j'adore mes études !
    J.
    https://danslesnuagesleblog.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux alors car je n'ai jamais lu de livres de Boris Vian !
      Pour Amélie Nothomb je ne sais pas si je vais lire d'autres de ces livres prochainement mais je vais voir de quoi il s'agit pour "Attentat".
      J'attends en tout cas avec impatience ton article sur tes livres favoris et tes lectures de cet été :)
      merci ton commentaire et bonne chance pour cette nouvelle année ! des bisous

      Supprimer